Quel miel pour l'anémie ?

Depuis toujours, le miel est employé comme remède naturel. Il participe dans la prévention et le traitement de nombreux maux.

Cette fonction lui est conférée par les principes actifs qu’il contient et aussi par sa richesse en composés nutritifs.

Il existe plusieurs variétés de miel. Chacune d’elles est adaptée selon les usages pour soigner certains symptômes comme l’anémie.

Toutefois, l’important est de savoir lequel choisir pour bénéficier de ses vertus thérapeutiques.

Dans un premier temps, nous essayerons de savoir ce qu’est l’anémie. Ensuite, nous verrons laquelle de ces variétés est idéale à consommer quand on souffre de ce mal.

Qu’est-ce que l’anémie ?

L’anémie est une maladie répandue qui touche les enfants comme les adultes. Selon les données de l'OMS, elle toucherait près de 25 % de la population mondiale.

Elle s’exprime par la réduction anormale du taux d’hémoglobine dans le sang. Celle-ci impacte directement sur les globules rouges.

En effet, les globules rouges sont des cellules sanguines, essentiellement constituées d'hémoglobine.

Elles ont pour rôle d'apporter de l'oxygène aux tissus et aux organes.

Quand leur nombre est insuffisant dans le sang, la circulation sanguine fonctionne au ralenti, occasionnant un ralentissement dans le fonctionnement des autres organes.

Le cœur est donc obligé d'augmenter les battements pour assurer l'approvisionnement en oxygène.

La force des contractions musculaires cardiaques et la faible oxygénation des organes font apparaître certains symptômes physiques comme :

  • des sensations intenses de fatigue,
  • des essoufflements inhabituels,
  • des étourdissements
  • des palpitations
  • des manques d'énergie récurrents.

À cela, peuvent s'ajouter d'autres symptômes comme une extrême pâleur au niveau des yeux, des muqueuses et de la peau.

Il existe plusieurs types d'anémie. Cependant, les plus répandues sont dues à des carences. On parle d'anémie carentielle.

Elles sont au nombre de trois :

  • L'anémie ferriprive, due à une carence en fer.
  • L'anémie pernicieuse, due à une carence en vitamine B12.
  • L'anémie due à une carence en vitamine B9 (folate).

Plusieurs traitements et recommandations sont mis en place pour traiter le dysfonctionnement dans ces cas d'anémie.

Toutefois, l'alimentation est une étape importante à prendre en compte si on veut en guérir.

Le traitement par l'alimentation

Moins complexes que les autres types, les carences en fer, en B12 et en B9 sont réversibles.

Pour cela, il existe des compléments alimentaires pour combler les manques en ces éléments.

Un régime antianémique est aussi un moyen pour limiter leur impact sur l'organisme.

Celui-ci consiste à :

  • Consommer des aliments ayant un apport conséquent en fer, en vitamine B12 et en vitamine B9.
  • Accroître la consommation d'aliments qui facilitent leur absorption.
  • Et limiter les aliments ayant une interaction négative avec le fer et son assimilation.

Le miel comme traitement antianémique

Miel et anémie : Etudes scientifiques

Pour traiter l'anémie, il est recommandé de mettre en place une alimentation saine et équilibrée.

De ce fait, plusieurs alternatives sont proposées par les diététiciens. L'une d'elles est le remplacement du sucre ordinaire par du miel.

Le miel est un aliment riche en sucres sains et naturels mais aussi en nutriments. Contrairement au sucre ordinaire.

Dépendamment des matières premières que les abeilles ont utilisées, certains miels sont plus riches en valeurs nutritionnelles que d'autres. C'est dans ce sens qu'ils sont plus adéquats dans un régime antianémique.

Des études ont été effectuées pour savoir si le miel est efficace dans la lutte contre l'anémie.

L'une d'elles s'est déroulée sur sept individus pendant quatre semaines dont deux semaines en leur faisant consommer quotidiennement une quantité de 1,2g/kg de poids corporel de miel dissous dans 250 mL d’eau. Des analyses sanguines ont été effectuées à jeun à la fin.

Les résultats ont montré que chez les sujets tests, le miel a augmenté de manière significative certains éléments importants dans le sang dont: les agents antioxydants, la vitamine C, le fer et le cuivre sérique, le taux de zinc et de magnésium, le pourcentage de monocytes, de lymphocytes et d’hémoglobine et le volume globulaire sanguin.

Ce qui montre que le miel est un excellent remède à adopter dans l'alimentation d'un anémié.

Une autre étude a permis de déceler que les miels foncés sont plus efficaces dans le traitement de l’anémie.

Ce qui est compréhensible car d'autres études comparatives sur les miels avaient déjà été effectuées. Elles ont permis de mettre en évidence que plus le miel est foncé, plus il est concentré en antioxydants, en vitamines et en oligo-éléments.

Cette richesse aide donc à la synthèse des hémoglobines et de ce fait, augmente le volume de globules rouges dans le sang, réduisant ainsi l’impact de l’anémie.

Quel(s) miel(s) choisir ?

Quel miel choisir ?

Les miels de bruyère blanche, de sarrasin, de forêt ou de châtaignier par exemple sont idéaux dans un régime antianémique.

Ils sont très riches de par leur composition et apportent les nutriments nécessaires pour parer aux carences.

S' ils vous paraissent trop forts en goût, certains produits aux saveurs plus délicates sont adaptés aussi. C’est le cas des édulcorants issus du rhododendron et de l’acacia.

Ils sont riches aussi en oligoéléments et comblent assez bien les manques au quotidien.

Cependant, assurez-vous de prendre des miels bruts et non transformés pour réellement profiter de leurs avantages.

Le mieux est de ne pas vous orienter vers les grandes surfaces car la plupart des substances vendues subissent des traitements agressifs.

Les procédés d’épuration du produit brut peuvent détruire beaucoup de principes actifs indispensables à l’expression de son activité dans l’organisme.

Il est conseillé aux personnes anémiées de mélanger une cuillère à soupe de miel dans un verre d'eau tiède et d'en boire. Vous pouvez le faire deux ou trois fois par jour.

Veillez surtout à ne pas mélanger votre édulcorant avec de l'eau chaude. Une température de plus de 40°C diminuerait considérablement ces effets.

Commentaires (0)

Aucun commentaire pour l'instant

Nouveau commentaire

You are replying to a comment