Fabriqué par les abeilles à partir du nectar des fleurs, utilisé depuis l'antiquité pour traiter les blessures et les brûlures, le miel a récemment acquis un intérêt croissant de la communauté scientifique internationale et a fait l'objet de nombreuses études et communications spécialisées. Cet article met en lumière les connaissances les plus récentes sur les qualités, les propriétés et le mode d'application du miel dans le traitement des plaies de diverses étiologies, en particulier les brûlures, grâce à une analyse rétrospective approfondie des données de la littérature. Cet article a pour but de passer en revue et de fournir une synthèse des questions actuelles concernant l'action complexe du miel sur les brûlures, démontrée par des études in vitro, des expériences en laboratoire et des essais cliniques publiés dans la littérature spécialisée. Le présent travail analyse en profondeur les propriétés anti-infectieuses et anti-inflammatoires du miel, ainsi que son effet favorable sur la régénération des plaies. L'efficacité de l'administration topique de miel est démontrée à la fois par une série d'expériences sur des animaux de laboratoire et par des essais cliniques. Cet article attire également l'attention du personnel médical et des patients sur la possibilité d'utiliser ce produit et sur son acceptabilité dans la pratique.
Mots-clés : miel, brûlures, études cliniques, efficacité, acceptabilité

Introduction

Le miel est une solution visqueuse concentrée de sucres produits par les abeilles (Apis mellifera) qui recueillent et traitent le nectar de fleurs (fleurs ou miel floral) ou les jus sucrés sur certaines espèces végétales (miellat ou miel de forêt). Le miel est l'un des produits biologiques naturels les plus complexes et les plus précieux utilisés depuis l'Antiquité, tant en nutrition qu'en médecine (par des moyens internes et externes). Parmi d'autres utilisations médicales, le miel a servi au soin des plaies depuis l'antiquité:1-4

    Civilisation sumérienne (fragments de poterie, 2100-2000 av. J.-C.)

    Civilisation égyptienne ancienne (Le Papyrus d'Edwin Smith, 2600-2200 av. J.-C.)

    Ayurveda et médecine chinoise

    La civilisation grecque ancienne (Dioscoride "De Materia Medica", pour le traitement des plaies fistulisantes ; Hippocrate)

    Civilisation de la Rome antique (Pline, pour le traitement des plaies infectées)

    Mention dans la Bible et le Coran.

Après avoir joué un rôle important dans la tradition médicale de nombreux peuples pendant des millénaires, la médecine moderne a "redécouvert" le miel comme agent topique pour le traitement des plaies et des brûlures.4 Les propriétés thérapeutiques du miel ont été scientifiquement mises en évidence par de nombreuses études in vitro, expériences en laboratoire et essais cliniques réalisés au cours du siècle dernier. Cependant, l'impression que l'utilisation du miel dans le traitement des plaies n'aurait pas de support scientifique5 persiste encore parfois dans la communauté médicale.

De plus, la promotion actuelle de différents types de pansements modernes pour les plaies (par exemple, les pansements en argent nanocristallin) cache le fait qu'il existe peu de preuves publiées à l'appui de l'utilisation de ces produits.5,6 Un examen systématique récent des publications sur l'utilisation des pansements avancés dans le traitement des plaies de pression révèle que leur utilisation répandue n'est pas appuyée par des études de bonne qualité. 5,7 Ainsi, le grand nombre de preuves qui prouvent l'efficacité du miel et appuient son utilisation dans le traitement des plaies, comparativement aux preuves existantes pour d'autres produits de soins des plaies, nous permet d'envisager l'utilisation du miel comme une option viable pour le traitement des plaies.5

La préparation topique idéale pour les plaies doit répondre aux critères suivants:8,9

    Action bactéricide et fongicide, mise en place rapide et large spectre, même dans les situations défavorables d'exsudation importante ou d'infection de plaies ;

    Amélioration et accélération du processus physiologique de cicatrisation (granulation, épithélialisation, contraction) ;

    Aucun effet indésirable local ou systémique (allergie, toxicité, etc.), même en cas d'application prolongée ;

    Coût modéré, même si appliqué deux fois par jour ;

    Confort du patient, facilité d'application, réduction de la douleur ; et

    Conformité des patients et des soins de santé.

Selon les études réalisées, l'utilisation topique du miel pour le soin des plaies et des brûlures répond à la plupart des caractéristiques mentionnées ci-dessus.

Matériel et méthodes

Une pléthore de données sont disponibles dans la littérature concernant l'utilisation du miel pour le traitement des brûlures, fournissant des analyses complètes. Ceux-ci sont accessibles à partir de bases de données comme Medline, de revues comme Burns et les Annales des brûlures et des incendies, de moteurs de recherche et de livres spécialisés. Aucune restriction n'a été appliquée quant à la source ou à la date de publication, les études les plus représentatives et les plus fiables ayant été sélectionnées. L'activité complexe du miel dans les lésions de brûlures a été mise en évidence par ses propriétés et ses effets (anti-infectieux, anti-inflammatoires, antiexsudatifs, antioxydants, cicatrisants, débridants et nutritionnels), comme le montrent les études réalisées. L'efficacité de l'administration topique du miel a été mise en évidence à la fois par une série d'expériences sur des animaux de laboratoire et par des essais cliniques. Les risques, les procédures d'application et l'acceptabilité du miel dans la pratique ont également été étudiés.

Résultats et discussions

La propriété anti-infectieuse du miel, un remède traditionnel pour le traitement des plaies infectées, a été confirmée par des recherches en laboratoire. Le miel s'est avéré avoir une action anti-infectieuse à large spectre contre au moins 80 espèces de micro-organismes, y compris les bactéries Gram positif et Gram négatif, les aérobies et les anaérobies10,11, certaines espèces fongiques d'Aspergillus et Penicillium11 et tous les dermatophytes courants,12, y compris les types de bactéries multirésistantes aux antibiotiques, comme les pseudomonas, l'acinetobacter, les bactéries résistantes à la méthicilline (SARM) et les bactéries Staphylococcus aureus à coagulase négative, avec une concentration minimale inhibitrice (CMI) généralement inférieure à 10%, généralement inférieure à celle présente dans les plaies où le miel est appliqué. 13-20 L'intérêt croissant pour l'utilisation du miel dans les plaies infectées est renforcé par le développement généralisé de la résistance bactérienne aux antibiotiques21,22, ainsi que par la preuve que le miel est pleinement efficace contre ces bactéries résistantes aux antibiotiques.21 Il n'y a eu aucune perte de sensibilité bactérienne au miel avec le temps et aucune apparition de mutants résistant aux bactéries.23 Dans plusieurs cas, le miel agit lorsque d'autres antibactériens ont échoué,24 peut-être parce que le miel inclut efficacement des bactéries agrégées dans le film biologique,25-28 situation où les antibiotiques et le revêtement d'argent ont été inefficaces.29

La propriété antibactérienne du miel a été reconnue pour la première fois en 1892 par le scientifique néerlandais van Ketel.8 Beaucoup considéraient que cette propriété était entièrement due à l'effet osmotique de concentrations glucidiques élevées.8,30-35 Le miel possède un niveau d'osmolarité qui est capable d'empêcher la croissance microbienne.36 Mais la qualité antibactérienne du miel est également due à d'autres facteurs. Le miel contient un agent appelé "inhibine" avant son identification comme peroxyde d'hydrogène. Il s'agit d'un agent antimicrobien bien connu qui est produit par l'enzyme glucose oxydase du miel37, sécrétée par les glandes hypopharyngées des abeilles. Sous l'action de la glucose oxydase, l'oxydation du glucose produit de la gluconolactone et du peroxyde d'hydrogène.

Le peroxyde d'hydrogène produit par le miel peut également accélérer le processus de guérison observé lorsque le miel est appliqué sur les plaies.21,38,39 Le peroxyde d'hydrogène a été impliqué dans de nombreux types de cellules du corps humain comme stimulus de la prolifération cellulaire,14 pour la croissance des fibroblastes et des cellules épithéliales pour réparer les dommages,40 pour le développement de nouveaux capillaires dans les tissus endommagés41 comme élément de la réponse inflammatoire normale aux blessures ou infections. De faibles concentrations de peroxyde d'hydrogène ont été proposées pour stimuler la cicatrisation des plaies, au lieu de facteurs de croissance recombinants40, mais seulement si la concentration de peroxyde d'hydrogène pouvait être soigneusement contrôlée afin d'éviter des dommages tissulaires42 par la production de radicaux oxygène à forte concentration. 43,44

Le taux de production de peroxyde d'hydrogène par la glucose-oxydase dépend largement du degré de dilution du miel,37 et il est minime dans le miel concentré.37,45 Le fait que les propriétés antibactériennes du miel soient amplifiées quand il est dilué a été clairement observé et rapporté depuis 1919.11,46 Le peroxyde d'hydrogène maximum accumulé (1-2 mmol/L)16 est trouvé dans des solutions de miel dilué à des concentrations entre 30% et 50% (v/v), au moins 50% du niveau maximal aux concentrations entre 15-67% (v/v). La variation de l'activité de la glucose oxydase par dilution du miel peut s'expliquer par l'inactivation enzymatique due au faible pH du miel concentré47 et à la disponibilité de l'eau libre nécessaire pour activer l'enzyme dans le miel (l'eau du miel concentré est presque entièrement liée aux glucides). 48 Cette variation suggère que le miel augmente son activité antimicrobienne lorsqu'il est appliqué sur la plaie, car il dilue et neutralise l'exsudat à ce niveau. La quantité de peroxyde d'hydrogène trouvée à l'intérieur de la plaie dépend de l'équilibre entre son taux de production (glucose oxydase au miel) et le taux de destruction (enzymes plasmatiques telles que la catalase et la glutathion peroxydase).49,50

D'autres facteurs antibactériens non peroxydiques ont été identifiés dans certains miels traités à la catalase pour éliminer l'activité du peroxyde d'hydrogène51,52, par exemple le méthylglyoxal53 (dans le miel de Manuka en Nouvelle-Zélande), l'abeille-défensine-154 et les mélanoïdes.55 Le miel provient de diverses sources florales et son pouvoir antibactérien varie considérablement (jusqu'à 100 fois)56 selon son origine et sa transformation. Par conséquent, il a été proposé que le miel soit choisi pour une utilisation clinique en fonction des niveaux d'activité antibactérienne déterminés par des tests bactériologiques.45 Cependant, dans les essais cliniques57 du miel d'origine florale et de puissance antibactérienne, il n'y avait aucune corrélation dans la différence d'efficacité du traitement des brûlures. Il a été noté que l'application de miel réduit l'inflammation et les contractures cicatricielles, et que l'effet antioxydant du miel dans la neutralisation des radicaux libres, ainsi que son action antibactérienne, son pH bas, sa viscosité élevée et son effet hygroscopique, contribuent tous à l'efficacité du miel dans le traitement des brûlures.57 L'activité anti-infectieuse du miel sur la plaie ne se limite pas aux propriétés antibactériennes intrinsèques.11 Des études de laboratoire ont montré qu'à des concentrations de seulement 0,1 %, le miel active les phagocytes et stimule la prolifération des lymphocytes B et T du sang périphérique en culture cellulaire.58 Le miel (à une concentration de 1 %) stimule également les monocytes en culture cellulaire pour libérer des cytokines : le facteur de nécrose tumorale alpha (TNFa) et l'interleukine (IL : IL1 et IL6), qui active la réponse immunitaire aux infections 59,60 et déclenche des processus de réparation tissulaire.5 Il a également été démontré que le miel stimule la production d'anticorps chez la souris en réponse aux antigènes de Escherichia coli.61 Ces résultats suggèrent qu'une partie de l'efficacité du miel dans l'élimination et la prévention de l'infection dans la plaie peut être due au renforcement du système immunitaire de l'organisme, ainsi qu'à l'activité antibactérienne du miel.5 De plus, la teneur en glucose du miel et le pH acide (habituellement entre 3 et 4) peuvent soutenir les macrophages pour détruire les bactéries.62

Outre l'activité antibiotique du miel, un certain nombre d'études ont montré son activité anti-inflammatoire, anti-œdémateuse et anti-exsudative. L'évaluation de l'évolution locale des plaies32,63-70, des tests biochimiques d'indicateurs d'inflammation (diminution des valeurs de malondialdéhyde et de peroxyde lipidique)71-73 et des examens histopathologiques (diminution des cellules inflammatoires) en témoignent.64 Les mécanismes possibles de l'activité inflammatoire sont : l'inhibition du complément74, l'inhibition de la production d'oxyde nitrique par les macrophages75, l'inactivation et la suppression des espèces réactives de l'oxygène (ROS) par les phagocytes59,74,76-78, la diminution du stress oxydatif induit par les lésions thermiques par le contrôle des radicaux libres qui se forment dans la brûlure72 et un facteur anti-inflammatoire appelé apalbumina-1, une protéine secrétée par les abeilles.78 L'effet anti-inflammatoire et la suppression des ROS, qui surstimulent les fibroblastes, entraînent une réduction de la fibrose et des cicatrices hypertrophiques.67,80 En revanche, les anti-inflammatoires synthétiques ne favorisent pas la guérison des plaies (les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont des médicaments cytotoxiques et les corticoïdes empêchent la croissance d'épithélium.24)

Dans certaines brûlures induites expérimentalement, il n'y avait pas d'infection évidente, mais le miel continuait à causer une diminution de l'inflammation. Cela montre que l'activité anti-inflammatoire du miel est une action directe et non un effet secondaire de l'élimination de l'infection par l'activité antibactérienne.5 L'activité anti-inflammatoire directe du miel est également soulignée par la découverte que le miel est aussi efficace que la prednisolone dans un essai sur la colite induite chez le rat,81 et une réduction significative sur le plan statistique (p<0,001) des adhérences post opératoires péritonéales du cécum et de l'iléon dans un autre essai sur les rats.82 De plus, une expérience en laboratoire a démontré l'activité anti-inflammatoire directe du miel, par une réduction significative (p<0,001) des ROS libérées par les monocytes en culture qui avaient été stimulés par le lipopolysaccharide d'Escherichia coli.5,59

Des études ont également révélé une activité antioxydante intrinsèque du miel, en contrôlant les radicaux libres72 et les ROS.83 Les ROS agissent comme des messagers qui amplifient la réponse inflammatoire84 et ce processus peut être bloqué par des substances antioxydantes85 présentes dans le miel à un niveau élevé.83,86 De plus, les ROS produites par les phagocytes des tissus infectés activent les protéases qui sont normalement inactives.87-89 et leurs formes actives digèrent les facteurs essentiels à la croissance extracellulaire et cellulaire qui sont des substances de réparation tissulaire.24,90

Outre son action anti-infectieuse, anti-inflammatoire et antioxydante, le miel crée une barrière physique et un environnement local humide, grâce à sa viscosité élevée et à l'attraction des fluides par osmose. Cela favorise la cicatrisation des brûlures parce que les plaies guérissent plus rapidement lorsqu'elles sont maintenues humides que lorsqu'on les laisse sécher et former une croûte.24,91,92 Un environnement humide assure la croissance des cellules épithéliales, la contraction des fibroblastes pour s'approcher des bords de la plaie, ainsi que la non-adhésion des pansements à la plaie, entraînant des changements de pansements faciles et indolores, sans risque de casser l'épithélium nouvellement formé.24 Un environnement local permet également aux enzymes qui digèrent les protéines des tissus des plaies de travailler et détachent toute croûte et les tissus morts.24

Le miel est également connu pour avoir une action débridante sur les plaies, comme l'ont démontré des essais cliniques.64-70,93-99 Le miel active le plasminogène et augmente l'activité enzymatique de la plasmine, qui lyse les boues de fixation de la fibrine, en inhibant l'activation du plasminogène macrophage. La plasmine digère la fibrine, qui fixe les débris à la surface de la plaie, mais ne digère pas la matrice extracellulaire de collagène, qui est nécessaire à la réparation des tissus.24

Le miel a également une action nutritionnelle dans la plaie, indirectement par le flux osmotique de la lymphe, qui apporte les nutriments nécessaires à la guérison, mais aussi directement par un apport en glucides, acides aminés, vitamines et minéraux facilement métabolisés.24,38,64 Des études ont montré que les plaies guérissent plus rapidement si on leur apporte un mélange de nutriments. 100-102 Le miel fournit un support de glucose pour les cellules épithéliales, les leucocytes et pour le processus de glycolyse. Les cellules épithéliales ont besoin d'une réserve d'hydrates de carbone pour la migration d'énergie sur la surface de la plaie afin de restaurer la gaine épithéliale.103 Les leucocytes créent l'éclatement respiratoire (oxydatif) qui produit du peroxyde d'hydrogène, qui est le composant dominant de l'activité antibactérienne des macrophages. Enfin, la glycolyse est le principal mécanisme de production d'énergie par les macrophages, leur permettant de fonctionner dans les tissus et exsudats endommagés où l'oxygène est souvent limité.

De plus, l'osmolarité élevée du miel provoque le drainage du liquide interstitiel, fournissant ainsi un soutien nutritionnel à la régénération tissulaire qui ne peut autrement se produire qu'autour des points d'angiogenèse (considérés comme une granulation).38 L'induction du flux osmotique contribuera également à soulever et éliminer les déchets et débris de la blessure, qui peuvent même éliminer la nécessité du débridement chirurgical.38 Elle contribue également au manque d'adhésion du pansement à la blessure. Une couche fluide de miel est en contact avec la surface de la plaie et peut être légèrement soulevée pour permettre l'élimination de tout résidu par rinçage. Ainsi, les changements de pansements sont indolores et ne présentent aucun risque d'endommagement ou de déchirure des tissus nouvellement formés38.

L'acidité du miel (habituellement un pH inférieur à 4)1 peut contribuer à l'action antibactérienne des macrophages, puisqu'un pH acide à l'intérieur de la vacuole participe à la destruction des bactéries ingérées.104 De plus, l'acidification locale favorise la guérison de la plaie en empêchant l'apparition de la forme histotoxique non ionisée de l'ammoniac résultant de l'action d'uréase (de micro-organismes producteurs d'uréase) sur l'urée du fluide extracellulaire.105 En milieu acide, l'ammoniac (NH3) est converti en ion ammonium ionisé, non toxique (NH4+).106 De plus, l'acidification de la plaie augmente l'apport en oxygène et la pO2 à la surface de la plaie en augmentant la dissociation oxyhémoglobine - hémoglobine, grâce à un déplacement approprié de la courbe de dissociation oxyhémoglobine - hémoglobine (effet Bohr)106 et améliore ainsi le taux de guérison.107 Des niveaux élevés de glucides conférés par le miel peuvent être utilisés par les bactéries de préférence aux acides aminés108 dans le sérum et les cellules mortes, créant ainsi de l'acide lactique au lieu de l'ammoniac, diverses amines et composés soufrés, qui sont la cause des mauvaises odeurs dans les brûlures.38

Le miel augmente également le taux de guérison24,109,110 en stimulant les leucocytes à libérer des cytokines et des facteurs de croissance qui activent la réparation tissulaire58 et en stimulant la transcription des kératinocytes des gènes TNF-a, IL-1ß et TGF-ß.111
Preuves provenant d'expériences sur des animaux de laboratoire

L'expérimentation animale a permis d'analyser l'action du miel dans les plaies standard produites par des brûlures cutanées (d'épaisseur intermédiaire ou totale) ou par excision cutanée (modèles d'excision). Ces expériences avec des plaies standard ont permis une meilleure comparaison des résultats et des examens histopathologiques des plaies, ainsi que les mesures habituelles de la diminution de la taille de la plaie (leur contraction) et du temps de guérison.5 De plus, les expériences animales avec du miel permettent l'objectivité des résultats en éliminant l'effet placebo, qui aurait lieu dans les essais cliniques.

Des recherches expérimentales sur des animaux ont démontré l'efficacité de l'administration topique de miel dans la cicatrisation des plaies par rapport au contrôle, au sucre ou à la sulfadiazine d'argent. 5,38,91,104,104,112-116 En outre, ils ont suggéré l'importance de n'utiliser que des miels floraux, correctement traités91,114 et l'effet synergique de l'administration concomitante de miel par voie orale pour favoriser l'épithélialisation des plaies.115,116

Données probantes tirées d'études cliniques

De nombreux essais cliniques contrôlés ont été réalisés, certains étant randomisés, comparant le miel à différents produits (sulfadiazine d'argent, bétadine, compresses salines, pansements de paraffine, hydrogels, etc.) pour le traitement des plaies de diverses étiologies, y compris les brûlures de différentes profondeurs.5,24 Un article publié en décembre 201124 a enregistré 33 essais comparatifs randomisés (ECR), pour un total de 3.556 participants. Une méta-analyse des revues systématiques Cochrane des interventions locales et systémiques pour les plaies, publiée en 2012, a trouvé des preuves solides de l'utilisation du miel topique pour réduire le temps de guérison des brûlures.117

Divers essais ont rapporté que le miel est efficace pour nettoyer les plaies infectées.31,37,38,38,65,65,93,94,94,118,119 Le miel a agi comme une barrière, empêchant les plaies de devenir infectées65,67,95,104,120 et les infections croisées.96 Des études ont mis en évidence un nettoyage rapide68,93,93,96,96,97,97,122,123 et un débridement enzymatique ou chimique des plaies après application de miel66,67,67,69,70,70,95,98 avec l'absence de formation d'escarre sur les brûlures64. Plusieurs études ont montré que le miel causait la formation de tissus de granulation propres et sains27,38,64,64-66,68,68,94,96,96,119,121,123, ce qui permettait une greffe précoce sur un lit propre et adéquat97, avec prise rapide de greffe96,122. On a également signalé38 que le miel favorise l'épithélialisation des plaies64-66,70,80,91 et accélère la cicatrisation68,104,123,124 avec une formation minimale de cicatrices66. On a également observé que le miel améliore la nutrition des plaies65, la circulation sanguine68, le débit lymphatique93 et réduit l'inflammation64,66,68,69, l'œdème65,68,69 et l'exsudat.

D'autres études ont montré que le miel n'a pas causé de douleur locale sur les pansements93,120 ou n'a provoqué qu'une sensation momentanée de picotement.93 Il a également été démontré qu'il ne cause pas d'irritation69,93,94 ou de réactions allergiques65,80,96,96,118 et qu'il n'a aucun effet nocif sur les tissus.65,69,93,93,96,118 Les pansements au miel étaient faciles à appliquer et à enlever,96,122,123 sans adhérences62,93,120 ou saignements,67 et tout résidu de miel était facilement enlevé par simple rinçage.31 Toutefois, un essai clinique prospectif a montré que les brûlures cutanées profondes guérissent plus lentement avec le miel qu'avec une chirurgie précoce (excision tangentielle et greffe).125 Parmi les autres utilisations du miel, mentionnons le stockage des greffes de peau 50,124 ou même une nouvelle méthode de fixation des greffes de peau fendues au miel stérilisé.4 En général, les avantages économiques du miel sont avérés, l'utilisation de l'insecticide étant plus économique que les traitements classiques,96, 126 et en réduisant le coût direct des médicaments,119 ainsi que le temps nécessaire pour la guérison et pour une hospitalisation.94,96,118,119

En ce qui concerne les risques liés à l'administration topique de miel, un remède utilisé avec confiance depuis l'antiquité, il n'y a eu aucun effet indésirable dans les expériences sur les animaux, y compris les examens histopathologiques.50,91,104,113-116 De plus, les études cliniques n'ont montré aucune allergie ou autre réaction indésirable,65,80,80,96,118 sauf pour une sensation transitoire de picotement chez certains patients,93,97,126 due à l'acidité du miel, 127 lorsque les plaies sont inflammées. Les terminaisons nerveuses nociceptives qui détectent l'acidité sont sensibilisées par l'inflammation, ce qui explique l'observation clinique selon laquelle le miel réduit la sensibilité en quelques jours, si une quantité suffisante de miel est retenue sur la plaie pour permettre la rémission de l'inflammation par l'activité anti-inflammatoire du miel.24 En général, l'application locale de miel sur les plaies soulagées par la douleur,95 ne cause aucune irritation69, 93, 94 ni douleur pendant les pansements.120

Il existe également un risque hypothétique de botulisme des plaies par l'application de miel, car il contient parfois des spores de Clostridium.33,38 Cependant, aucune infection locale n'a été rapportée dans les nombreux essais publiés qui utilisent du miel non stérilisé et non traité.38 Si les spores germent, les cellules végétales de Clostridia, étant anaérobies, ne pourraient survivre en présence du peroxyde d'hydrogène produit dans le miel dilué. En tout état de cause, l'utilisation de miel stérilisé par irradiation gamma, qui tue les spores de Clostridium dans le miel,129,130 sans affecter son activité antibactérienne, permet de dissiper les inquiétudes concernant un risque hypothétique de botulisme des plaies, jugé inacceptable par certains33.128

Tel que décrit dans la plupart des essais cliniques, les points suivants fournissent les généralités de la procédure d'application du miel:38

- Tout d'abord, la plaie est nettoyée avec une solution saline64,65,67,67,69,80,95,97,97,130 (éventuellement aussi du peroxyde d'hydrogène, une solution de Dakin, de la bétadine ou de la chlorhexidine).68 Il est parfois nécessaire de faire une toilette chirurgicale initiale, en ouvrant les abcès, en prélevant un drainage purulent68,96,119 et en enlevant le tissu nécrotique68,70,96,122

- Le miel est ensuite étalé sur la plaie avant d'être recouvert d'un pansement de gaze stérile sec. La quantité de miel utilisée variait d'une mince couche (appliquée 2 à 3 fois par jour)118 à une couche épaisse ou, plus souvent, au versement du miel sur la plaie.64,69,93-95,97 D'autres ont utilisé des pansements imbibés de miel,67,80,93 du miel étalé sur de la gaze26,106 ou des "honey pads".70 Les pansements en alginate imprégnés de miel sont une bonne alternative aux pansements en coton/cellulose, car l'alginate se transforme en gel mou contenant du miel.11 Les cavités des plaies étaient soit remplies de pansements imprégnés de miel66 soit directement de miel et couvertes de gaze.93,96

- Les changements de pansements, la plupart du temps quotidiens65,93,95-97,122,126, variaient de 2-3 fois par jour70,94,118,119,119,131 à une fois tous les 2-3 jours,64,67,69,69,80,123 selon aussi l'apparition et l'évolution des plaies (les plaies propres avec exsudat réduit nécessitent des changements de pansements moins fréquents).

- Le miel liquide peut être utilisé sur de grandes surfaces93 (qu'il soit naturellement fluide ou obtenu par brassage vigoureux ou par chauffage à moins de 40°C). Le miel cristallisé peut facilement être fluidifié par un chauffage soigneux. La surchauffe du miel doit être évitée, car l'enzyme glucose oxydase du miel qui produit du peroxyde d'hydrogène, un composant majeur de l'activité antibactérienne du miel, est facilement inactivée par la chaleur.

Toutes ces expériences, recherches et innovations, ainsi que l'utilisation clinique, soulignent l'intérêt et la confiance croissants dans le miel comme remède efficace contre les plaies. Le miel, " le plus ancien matériau de pansement connu de la médecine "5, a été utilisé systématiquement pour le traitement des plaies, ainsi que pour ses bienfaits en tant qu'aliment et forme de médicament. Cependant, au début des années 1940, lorsque les antibiotiques sont apparus sur le marché, le miel n'était plus utilisé au même degré dans le traitement des plaies.132 Tout comme pour l'argent colloïdal, le miel est maintenant reconsidéré pour la guérison des plaies en raison du problème croissant des bactéries présentant une résistance multiple aux antibiotiques.24,25 Contrairement aux antibiotiques, des études ont démontré que la résistance bactérienne ne se développe pas et que des mutants résistant au miel ne se forment pas25,133 dont on recommande des propriétés thérapeutiques remarquables en soins des plaies ainsi que des produits pharmaceutiques modernes.24

Des études ont également montré une grande acceptabilité de la thérapie au miel par les patients134, en raison des effets favorables observés dans la pratique : diminution de la douleur, réduction de la taille de la plaie et effets désodorisants.132,35,136 Toute réserve ou même opposition à l'utilisation du miel dans le traitement des plaies, en raison du manque de normalisation et de sa nature collante et fluide, sont maintenant surmontées par la fabrication et la commercialisation des produits à base de miel. Il existe actuellement plusieurs marques de commerce (Activon, HoneySoft, Manuka Health, Medihoney, MelMax, MelDra, L-Mesitran, etc.) et une vaste gamme de produits stérilisés contenant du miel, enregistrés comme dispositifs médicaux et disponibles sur le marché pour le traitement des plaies.

Conclusions

Des études in vitro et in vivo ont mis en évidence un large éventail d'activités fournies par le miel dans le traitement des brûlures. Il s'agit notamment des propriétés anti-infectieuses, anti-inflammatoires, antiexsudatives, antioxydantes, cicatrisantes, débridantes et nutritionnelles. En médecine factuelle, la recherche et les études cliniques ont démontré l'efficacité du miel dans le traitement des brûlures superficielles et partielles par rapport à d'autres produits de pansement, ce qui en fait une option viable comme agent topique utile en pratique clinique. Cependant, comme le miel semble également retarder la cicatrisation des brûlures partielles et totales par rapport au traitement chirurgical (excision et greffe précoces), son utilisation nécessite une exploration plus poussée. Des essais contrôlés plus détaillés sont nécessaires pour établir les meilleures indications, méthodes et modalités d'administration du miel pour chaque type et stade de brûlure. Il est également nécessaire d'avoir des critères de sélection du miel par rapport à d'autres formes de traitement dans la gestion des brûlures, qui, bien sûr, dépendra également des préférences et de l'expérience des personnes concernées.

< Revenir aux guides d'achats

Visiter notre boutique de miels